A quoi ça sert 3DSmax, blender, et Maya ?

3dsmax
Ces 3 logiciels sont des outils de modelling en 3D développés par Autodesk. 3DS max est le plus utilisé dans l’industrie du cinéma, d’automobile ou d’architecture et dans l’infographie 3D. Mais beaucoup de professionnels en infographie le couplent également avec les deux autres ou avec d’autres logiciels comme zbrush, sketchup pour obtenir l’effet escompté. Ces trois outils permettent tous de faire de très bonnes réalisations d’images pour des dessins animés ou pour d’autres buts. La différence entre eux est évidemment la prise en mains, mais aussi la gratuité.

Blender.

Blender est une suite non payante, qui permet de faire une modélisation complète comprenant le rigging et le skinning, des textures, un excellent rendu 3D photoréaliste, la motion tracking, une animation complexe, et la composition. Il peut également simuler des vêtements, des feux, du vent etc. ou créer des jeux vidéo. Comme 3DSmax, il propose une bibliothèque présentant d’arbres, de nuages, mais aussi des panoramas. On y retrouve également des scripts ainsi que des options qui permettent d’importer ou d’exporter vers AfterEffects, DirectX etc. Blender permet également d’éditer de son surround 7.1. Le soft peut être utilisé pour le système d’exploitation Linux et Windows 64 et 32 bits et pour la plateforme Mac OsX. Le logiciel est parfait pour ceux qui utilisent le soft illégalement ou pour ceux qui ne peuvent pas dépenser 1920 euros avec TVA pour acquérir le fameux 3DSmax. Sa communauté en ligne offre aussi des ressources d’entraide pour bien débuter.

3DSMax

3Dsmax, quant à lui est l’incontournable de l’industrie vidéoludique. Le soft est disponible dans l’environnement 32bits et 64 bits. Il a été notamment utilisé dans la création de jeux vidéos comme Assassin’s creed, Grand Theft Auto : San Andreas, Call of duty : Ghosts, World of warcraft etc. On lui doit aussi les effets époustouflants 3D des films comme Alice au pays des merveilles, Avatar, Iron Man, Mission impossible, Voyage au centre de la terre, X-Ghost et bien d’autres encore. Les fabricants de marques de voitures tels qu’Audi, Lamborghini, Citroën l’utilisent également. Cet outil se démarque par sa prise en main facile et son interface intuitive et ergonomique. En plus, il existe également beaucoup de tutoriels gratuits en ligne qui aident à mieux le maîtriser. Au niveau rendu, la dernière version 3Dsmax 2017 propose comme toujours le moteur de rendu Mental Ray, mais aussi Character studio et Cat. Il permet également d’avoir un meilleur rendu des cheveux avec son pluggin Shave and Haircut. A part cela, on lui reconnaît également son excellente capacité des images photoréalistes et des animations 3D réalistes avec le moteur de rendu V-Ray, et Arnold. Et évidemment, il permet également de concevoir d’objets industriels design. Pour ceux qui maîtrisent le logiciel, 3Ds présente beaucoup de fonctionnalités permettant de faire de petites merveilles. Le soft est téléchargeable en version gratuite de 30 jours mais la licence est gratuite pour les étudiants.

Maya.

Enfin, Maya est le plus ancien des logiciels 3D. Il est passé également maître dans le rendu Vray et Mental Ray. Pour certains graphistes, son petit bémol, c’est la prise en main de son interface. Ce software est aussi utilisé dans l’industrie cinématographique. Il se distingue par la facilité de son système de set-up des os dans l’animation 3D et sa méthode d’intelligence artificielle au niveau d’animation des personnages de décors.
En bref, il existe une pléiade d’outils de modélisation en 3D. Mais une fois qu’on a appris les bases et la prise en main d’un outil, il est possible d’apprivoiser les autres. On peut même compléter les acquis plus loin avec Cinema 4D etc.

Envie d’en savoir davantage ? visitez les liens suivants:

Quand la passion de l’informatique rime avec créativité.
Quel est le style de logo 2017 ?

It's only fair to share...Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

No Comments

Leave a Comment

Why ask?