Comment devenir rédactrice web à Madagascar ?

rédactrice web à Madagascar

Avec un PIB par habitant qui ne dépasse pas 383 dollars pour l’année 2016 et un taux de chômage accru chez les jeunes, Madagascar figure à la cinquième place de la liste des pays les plus pauvres de la planète. Ce diagnostic peu luisant a pour effet d’attirer les sortants des grandes écoles ou des universités dans la filière porteuse de TIC et la télécommunication. Une des idées reçues est que le fait d’être rédactrice web à Madagascar entre autres, permet de mieux arrondir ses fins de mois. Je ne vais pas m’étaler sur la véracité ou non de cette idée, je propose plutôt un tour d’horizon sur les astuces pour épouser cette carrière, si vous souhaitez l’exercer.

Les qualités attendues à une rédactrice web à Madagascar.

Je n’imagine pas une personne qui remplit cette fonction qui n’aime pas lire des sites internet, ou des journaux et qui en plus a horreur du clavier. Ce métier exige non seulement de taper au clavier mais aussi d’effectuer des recherches pour extraire les idées pertinentes et les reformuler ensuite à sa façon. Cela est incontournable sauf si on dispose déjà d’une culture très solide et variée. En effet plus on lit, plus on connaît les rudiments du métier et les figures de style de la langue de Molière. Pour les étudiants en communication ou journalisme, la rédaction des articles est au cœur de leur formation, mais pour les autres candidats il est nécessaire de s’exercer d’abord à la rédaction de contenu. On a ainsi tout intérêt à suivre une formation dans le métier. Une fois que on croit avoir la compétence requise qu’est la maîtrise de la langue, il est possible de postuler dans une agence web locale.

Chercher ensuite un poste dans une agence de rédaction locale.

En règle générale, la condition requise pour débuter dans ce milieu de production de contenus web à Madagascar est de travailler dans les agences de rédaction. Tous les rédacteurs en freelance passent par là, sauf les grands du secteur, les « super pros » peut-être. Cela pourrait offrir une perspective d’évolution de carrière si on s’acclimate avec l’atmosphère et le rythme. Car il y a la pression constante, le salaire etc. C’est lors de son premier emploi qu’on apprend toutes les astuces du métier dont je vais expliquer ci-après.

Une prestataire en rédaction à Madagascar respecte les étapes de la rédaction.

Lorsqu’on confie un texte à rédiger, il faut adapter son écriture à certaines règles du métier :

  • En premier lieu, il faut bien lire les directives ou les consignes du client (intégration de mots-clés, nombre de mots à mettre en gras ou en italique, nombre de paragraphes, ton et longueur du texte etc). Le client peut être une entreprise ou un particulier.
  • Après avoir étudié le sujet, on effectue ensuite une recherche en ligne pour recueillir la documentation sur le sujet. C’est ici que la curiosité intellectuelle entre en jeu. L’adaptation à tous les thèmes et le besoin d’en savoir plus sur les thématiques qu’on ne connaît pas est un atout. Attention cependant à vérifier la validité des données qu’on va donner aux internautes car une rédactrice web qui avance des informations fausses ou avec un point de vue nuancé fera perdre la crédibilité du site du client.
  • Bien choisir les mots-clés (si le client laisse ce choix au rédacteur) et le plan du texte et prendre soin des titres et des listes à puces. Les titres doivent contenir le mot-clé du sujet. Les sous-titres développent les éléments. Les listes à puces permettent aux moteurs de recherche de scanner plus facilement la page.
  • Respecter la pyramide inversée pour le plan : cela consiste à parler en premier lieu des choses importantes afin de convaincre son audience à aller jusqu’au bout de la lecture. Et ce tout en anticipant les attentes des internautes avec un style accrocheur.
  • Rédiger un contenu texte en fonction du besoin du client. Une rédactrice web à Madagascar vise à satisfaire l’intérêt du donneur d’ordre ou du client. Mais il faut aussi adopter un style qui permet un meilleur référencement du texte. Même si le client n’est pas explicite sur ce point. A cette optique, brièveté, contenu bien aéré, phrases courtes dans l’ensemble et bonne intégration des mots-clés sont les mots d’ordre. Cette question de mots-clés est importante car le fait d’abuser les mots-clés risque l’accusation de spamdexing. Le bon soin du chapeau est aussi une technique pouvant améliorer le positionnement d’un texte sur le Serps. Evidemment, le bourrage et le remplissage avec du contenu qui n’a rien à avoir avec le sujet sont à éviter.
  • Rédiger également un contenu pertinent et intéressant. Privilégier les informations de qualité et complètes. Si le client n’a pas indiqué le ton du texte, on peut choisir d’ajouter une touche d’humour, un ton pédagogique etc. Le tout avec un style percutant. Dans tous les cas, même si on fait la promotion d’une marque, il est préférable de n’adopter le ton publicitaire que dans la conclusion du texte.
  • Soumettre le texte sur le site de détection de plagiat, et sur les sites de vérification de fautes d’orthographe. En tant que rédactrice web à Madagascar, on a l’embarras de choix sur les correcteurs payants ou gratuits. A titre d’exemple reverso qui est le correcteur le plus utilisé. Prendre également le temps de se relire car une relecture permet souvent de repérer les fautes d’orthographe.
  • Enfin, une rédactrice web pourrait être aussi amenée à intégrer le texte dans le back-office. C’est l’étape la plus simple. Mais il faut seulement choisir l’image pertinente pour agrémenter le contenu.


Les autres contraintes d’une rédactrice en freelance.

Pour celles qui travaillent en freelance, c’est-à-dire celles qui cherchent elles-mêmes leurs clients, ces rédactrices sur internet doivent faire un petit investissement au début. Cela passe par l’achat du matériel, le montage d’un site web, l’inscription sur les plateformes d’offres de mission en ligne. En outre, la gestion de la communauté sur le web est également utile. Pour rappel, Twitter est le réseau favori des webjournalistes, mais le partage sur les autres réseaux sociaux (facebook, google + etc) de l’article n’est pas aussi à dédaigner. Le statut de freelance nécessite aussi l’animation du blog ou la publication d’un article au moins une fois par semaine. Ces pratiques permettent d’augmenter la visibilité des pages web.

Pour conclure.

L’écriture sur le web pourrait être une activité provisoire ou permanente selon ses envies et sa nécessité pécuniaire. Mais pour devenir rédactrice web à Madagascar, il faut notamment s’appuyer sur ses acquis et se perfectionner. Alors, ce métier vous attire toujours autant?


A lire également
Pourquoi faire appel à une rédactrice web en offshore ?

It's only fair to share...Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

No Comments

Leave a Comment

Why ask?