Growthhacking versus inbound marketing

growhthacking

A l’ère du digital, ces deux termes un peu curieux pour les francophones ont le vent en poupe notamment ces 6 dernières années. Sur Twitter, je reçois quelquefois des messages des« marketeux » ou des growthackers qui me demandent si j’applique cette stratégie de growthacking dans mon processus d’acquisition de prospects. Ce à quoi j’ai répondu par : mon activité est essentiellement en freelance mais je ne compte pas monter une entreprise.Effectivement, cette approche marketing réactive est par essence utilisée par les start-up pour monter en visibilité et en croissance dans le temps. Mais c’est un état d’esprit que tout entrepreneur qui veut réussir sur le web doit avoir. Je vais décrypter pour vous ce que je comprends à peu près par ces jargons de marketing.

Qu’est-ce que le growthhacking ?

Le monde desstart-ups se trouve aujourd’hui confronté à un problème : comment attirer des consommateurs,crédibiliser sa marque, retenir une audience surtout si on a une ressource financière très limitée ?Ce dilemme devient plus difficile à résoudre face à l’exigence des clients ultra connectés, habitués à avoir ce qu’ils veulent et tout de suite. Mais certaines structures ont trouvé la solution pour sortir du lot et ce via le technique de « growthhacking». Citons par exemple le service de partage de fichiersDropbox qui dispose de 200 millions d’utilisateurs aujourd’hui. Le secret de sa croissance est simple : en invitant un ami à l’inscription sur le site et en tweetant son amour pour le site, on obtient un espace disque supplémentaire sur la plate-forme. Cette tactique séduit les internautes et les utilisateurs affluent par la suite.
Pour décoller sur le web, plusieurs outils sont exploités par les growthhackers : la création d’un blog, le référencement naturel, l’analyse des données, l’emailing ou l’envoi des newsletters pertinents, la publication des vidéos, l’animation efficace des pages de réseaux sociaux (facebook, twitter, linkeldln, pinterest etc.). Attention, là il n’est plus question de poster un article chaque mois, et le réseau n’est pas fait pour récolter des j’aime seulement ! Il faut inviter des personnes pour commenter son blog ! L’interactivité et la viralité de sa marque sont essentielles. La façon de communiquer doit montrer une certaine originalité, voire anticonformismepour être plus percutant. (Heu, ça tombe bien hein), et à cela s’ajoute une bonne dose de créativité et une analyse pertinente des comportements des consommateurs. Ce métier est également assorti d’une disposition d’esprit obsédée par la croissance rapide de son entreprise. Le growthacker vient en fait de deux mots : growth qui signifie développement et hacker qui désigne un fanatique d’informatique qui s’introduit dans le système informatique d’un gouvernement avec son ordi personnel. Cela implique une certaine malignité dans ce contexte.Unhack réussi est par exemple la phrase « PS. I love you. Getyour free email at hotmail ». Cette simple recommandation est le phénomène qui a permis de booster le nombre d’utilisateurs de ce webmail et ce jusqu’à 20 000 utilisateurs en 1 mois. Vous voyez, le coût de cette technique est généralement peu cher en termes de marketing. Et c’est cela qui le rend fascinant.
En bref, ce concept très plébiscité met en œuvre des solutions permettant d’exploiter la meilleure opportunité sur le marché et d’obtenir le meilleur taux de leads et de vente possible.Les tactiques degrowthhacking et d’inbound marketing se ressemblent un peu. Ces deux techniques déployées par les entreprises en phase de lancement sont tous des moyens naturels d’attirer les clients pour qu’ils vous fassent son allié.

Et qu’en est-il de l’inbound marketing ?

Cette stratégie consiste à produire des contenus de qualité qui interpellent sa cible principale.Le fameux ROI est au cœur de cette méthode.L’optimisation de référencement de son site appuie cette forme intelligente du marketing. La présence sur les réseaux sociaux assure la pérennité et la rentabilité de son investissement.La diffusion des messages sur les réseaux sociaux doit viser la bonne personne. Ils doivent se faire sur le bon canal pour répondre aux attentes des prospects potentiels.Plusieurs outils aident à tester ou à améliorer son influence ou son trafic : campagne adwords, les outils pour voir le taux de conversion etc.
En somme, l’inbound marketing vise à attirer l’utilisateur, le convertir en client, le fidéliser et le séduire. C’est un peu technique toutes ces étapes, un véritable changement de fond si vous n’avez pas encore introduit ces concepts dans votre activité économique. Alors, à votre technique de growthhacking et surtout il ne faut pas reproduire exactement ce qu’a fait une autre start-up ! Les probabilités du succès dépendent de nombreux facteurs !

It's only fair to share...Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

No Comments

Leave a Comment

Why ask?