La passion du Christ

la Passion du Christ
Ce long métrage épineux qui divise pas mal de monde met en avant l’extrême souffrance du Christ sur la croix. Le film sorti en 2004 affiche dans son casting Jim Caviezel, qui a la lourde tâche d’incarner le Christ. Pour la petite histoire, l’homme est un fervent catholique qui venait juste d’avoir 33 ans à l’époque du tournage. On retrouve également Monicca Belluci dans le rôle de Marie-Madeleine et Maia Morgenstern dans la peau de Marie etc. Tout ce petit monde est dirigé par le réalisateur Mel Gibson qui a depuis 15 ans senti que Dieu l’appelait à réaliser ce film. Il en est aussi le scénariste.

Mon avis sur le film la passion du Christ.

Mel propose ici une reconstitution historique de ce qui pourrait passer à l’époque où Jésus est arrivé à bout de sa mission terrestre. Le film débute dans le Jardin des Oliviers où Jésus résiste une dernière fois aux tentations du mal. Livré par Judas, Il est condamné à la crucifixion sur Golgotha après son arrestation et son procès mené par les Romains. Le métrage de 125 mn est tourné en araméen et en latin, des langues qu’on ne parle plus aujourd’hui.
Mel érige ici le monument de sa vie en réalisant de spectacles de tortures oppressants, violents et crus du Christ. Du jamais vu dans la filmographie d’Hollywood. La prestation du Jim Caviezel est crédible, impressionnante et magistrale. Il vit à fond Le Personnage qu’il interprète (en dépit des conséquences que cela aurait pour sa carrière). D’ailleurs, il a l’épaule disloquée sur la croix à Golgotha et selon ses dires, il y a failli rendre l’âme quand un éclair a frappé son corps sanglant rempli de bleus. Les performances des autres acteurs sont également formidables quoique je note quelques scènes qui ne collent pas au récit biblique. Par exemple, Marie qui essuie le sol tâché du sang du Christ. Quant aux scènes de flagellation sans temps mort dans la Passion du Christ, personne n’était là pour attester ce qui s’est vraiment passé, mais je trouve quand même que le dernier instrument de torture en fait un peu trop. La peau arrachée qui vole en l’air donne un effet barbare, pompeux et théâtral. Heureusement que les flash-back sur la vie de Jésus viennent tempérer la violence. En revanche, les maquillages, les costumes, la bande originale font réellement illusions et plongent dans l’ambiance de l’époque. On voit qu’il y a un gros travail là-dessus.
Les critiques dénoncent le film d’un festival d’éclaboussure de sang et d’antisémites, mais si on se réfère aux textes saints : il est dit que le Christ est meurtri et brisé pour nos péchés, et qu’Il en est devenu laid, défiguré. Les Ecritures disent également que ce sont les Juifs qui l’ont condamné. Donc, c’est méconnaissance de l’histoire de prétendre qu’il y a de violence gratuite encore moins d’encouragement de haine contre une telle race en particulier dans la Passion du Christ.
En revanche, je trouve horrible l’apparition androgyne de Satan ainsi que la tête d’enfant déformée. Le cadavre décomposé d’un cheval symbolisant la chute de Judas est aussi de mauvais goût à mon avis. J’estime également qu’en coupant des ralentis et certaines séquences accusant quelques lourdeurs (la scène où le Christ marche et tombe plusieurs fois avec la croix) et en rallongeant un peu l’épilogue expédié à la va-vite, la Passion du Christ pourrait devenir techniquement un chef-d’œuvre. Quant à l’abus de filtres bleus et jaunes, il me semble que le réalisateur n’a aucun autre choix pour faire ressortir l’aube ou le crépuscule du récit.
Enfin, soulignons qu’à l’heure où les Américains étaient encore ébranlés par les événements du 11 septembre, la Passion du Christ a connu un foudroyant succès mondial pour un budget moyen. Mais en France, son accueil est plutôt mitigé. Quoi qu’il en soit, ce métrage mérite d’être regardé au moins une fois dans sa vie, qu’on soit anti-religieux ou chrétien – et ce en attendant la suite du film –la résurrection du Christ.

It's only fair to share...Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

No Comments

Leave a Comment

Why ask?