Les zones dangereuses pour la navigation maritime

zones dangereuses

Les conditions de météo périlleuses, les vagues géantes, les icebergs ne sont pas les seuls éléments à tenir compte quand on veut s’aventurer le long des côtes ou en pleine mer. En effet, la vigilance est de mise dans certaines zones où la menace de piraterie moderne, la pauvreté, l’enlèvement, les tensions politiques ou religieuses sévissent. Même un navire naviguant à vive vitesse peut subir une attaque avec des armes à feu ou d’autres outils dans les frontières à risques. En mesure préventive, voici une liste des 10 zones dangereuses à proscrire pour le tourisme en voilier de plaisance.

Le détroit de Singapour et l’Indonésie.

A l’extrémité de la péninsule de Malacca et l’île de Sumatra est situé le détroitqui a fait l’objet d’une centaine d’attaques maritimes et d’exploits de piraterie, il y a une dizaine d’années. Même si le nombre d’actes de piratage a connu une baisse significative due aux patrouilles de l’Etat sur le bord du détroit, il est recommandé d’éviter le passage dans ce secteur. Il en est de même pour certains ports de l’Indonésie comme Jakarta, Nipah ou Jawa pour ne citer qu’eux où les bandits en mer se servent des couteaux ou des sabres pour attaquer. Toujours dans l’Asie, le golfe de Thaïlande, les mers de Java, des Celebes comportent également des risques.

Le golfe de Guinée, le Nigéria et l’océan Indien.

La zone à déconseiller est principalement le Golfe d’Aden situé entre le territoire somalien et les secteurs de côte de Yemen. En 2009, les pirates y ont attaqué plus de 200 navires et voiliers. Ces actions violentes sont causées par l’instabilité politique et la famine du pays. Les pirates interviennent partout même aux points de mouillage et utilisent des tirs de roquette et des mitraillettes pour obtenir gain de cause. Ils visent ainsi à avoir la mainmise sur le bateau ou s’approprient ensuite de la cargaison. Ils peuvent également faire la négociation d’une rançon contre la mise en liberté de l’équipage ou du bateau. Toujours dans le Golfe de Guinée, les actes de kidnapping font fureur. Les détenus peuvent être en captivité pendant plusieurs semaines, allant jusqu’à 6 mois. Ainsi, l’année dernière, 26 personnes sont encore captives dans cette région. Il convient ainsi d’être vigilant quand on passe près de côtes nigériennes. Les attaques peuvent se produire également le long des fleuves. Ce qui démontre le danger de naviguer dans toutes les eaux du territoire nigérian. Dans cet endroit, les pirates sont également bien équipés avec des armes violentes. Le détournement du bateau leur permet non seulement de faire le pillage de la cargaison, mais aussi de prendre en otages les équipages. Aussi dans l’Océan Indien, il faut se méfier du territoire entre les Seychelles et les Maldives.

Le triangle de Bermudes, la mer des Caraïbes

La réputation de ce triangle n’est plus à raconter. Il fait même l’inspiration de nombreux romanciers. Des bateaux bombardiers ont disparu miraculeusement dans ces eaux en 1945, alors qu’ils lancent un SOS. Un hydravion est envoyé pour les secourir mais personne ne sera de retour de cette opération de sauvetage. Les statistiques indiquent des centaines de bateaux engloutis dans ce triangle. A noter aussi que les embarcations qui s’aventurent dans cette région ne sont pas majorés par les assureurs. Quoi qu’il en soit, il faut noter qu’on retrouve les tempêtes les plus furieuses dans cette partie du globe, en plus le fond marin libère une quantité importante de méthane. Cela constitue un élément favorable pour les naufrages. D’autre part, les bateaux de plaisance doivent également éviter les eaux des Caraïbes. Les pirates y ont l’habitude de faire des exploits violents. Et même si on n’y a pas répertorié de notables actes criminels en mer ces dernières années, la région est toujours considérée comme une zone à risques.

Zones dangereuses : le cap Horn et les eaux du Pérou

Le cap Horn situé au sud de l’Amérique et le théâtre principal de vagues impitoyables qui peuvent atteindre jusqu’à 30 mètres. Ce qui donne lieu aux tempêtes les plus rugissantes. A part cela, les icebergs et les courants viennent aussi s’ajouter aux dangers de cette zone. Les incidents d’insécurité peuvent également survenir dans les eaux du Pérou, surtout contre les voiliers ou les navires qui se ravitaillent au port de Callao.

Les zones de convergence intertropicale.

Ce sont les régions près de l’équateur où due à la convergence d’air chaud et humide, les conditions météorologiques peuvent réserver des surprises désagréables. Un temps de calme plat peut soudainement se changer en redoutable pluie diluvienne. La vigilance doit être alors redoublée si on passe dans ces zones dangereuses. Enfin, un marin même aguerri ne veut pas s’hasarder autour du cap de tempêtes au sud de l’Afrique. Car la jonction de l’océan Atlantique et l’océan Indien provoque des vents marins puissants.

It's only fair to share...Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

No Comments

Leave a Comment

Why ask?